Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Victimes de « Body shaming » des Sénégalais en larmes témoignent sur les réseaux sociaux  

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le « body shaming », une pratique de plus en plus courante sur les réseaux sociaux consistant à moquer, voire humilier, le corps de célébrités ou de Sénégalais lamda dans la rue ou sur les réseaux sociaux. Cet épiphénomène coutumier chez les occidentaux s’installe progressivement dans le pays.

 

Au Sénégal, dans une société où le corps de la femme (généralement) est trop souvent stigmatisé au travers d’images glacées, retouchées et donc sans imperfection, le « body shaming » participe honteusement à la vulgarisation d’une norme selon laquelle, la beauté doit être parfaite. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de personnes se sont senties vexées par des commentaires offensants : « Tu es grosse, on dirait une vache », « regarde-toi avec tes petits mollets, tu ne manges pas assez ? », « t’es plate, une femme doit avoir de belles formes généreuses »…

Autant de commentaires qui poussent certaines femmes à perdre confiance en elles. Pour celles qui en ont les moyens, ces argumentaires leur poussent même à faire recours à la chirurgie esthétique. D’ailleurs beaucoup de célébrités chanteuses et présentatrices sénégalaises ont été suspectées de cette pratique opératoire…

 

 

En dehors de l’internet même, beaucoup subissent ces remarques déplacées par des proches. Pire, les laudateurs  ne se gênent point de ricaner sous ton nez, ignorant le mal que ça peut faire même si les victimes font semblant de ne pas être affectées. Montrer du doigt, rabaisser, se moquer d’une personne en public ou en privé n’est jamais une blessure facile à gérer  pour celui ou celle qui en est victime. Cette pratique peut avoir de graves répercussions sur la santé mentale et physique (anorexie…).

En effet, pour bon nombre d’entre nous,  s’aimer et aimer son physique est un long périple semé d’embuches.  Le danger du body shaming c’est de provoquer un rapport négatif au corps, (si bien qu’il en devient tabou), mais aussi la honte, dégradant la hardiesse en soi.  Une note d’espoir tout de même : de plus en plus de personnes n’ont plus honte de leur corps et s’exposent sans filtre et tant pis pour les moqueries.

Yacine Dieye

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

samedi 4 décembre 2021 - 14:13

« Espace Jeunes Yaakaar » ou l’école des talents de la banlieue

samedi 4 décembre 2021 - 13:49

Le rendez-vous du réseau FotALL Services à ne pas manquer

jeudi 2 décembre 2021 - 20:10

Ces braves dames transforment tout en or

jeudi 2 décembre 2021 - 20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

Laisser un commentaire

En continu

14:13

« Espace Jeunes Yaakaar » ou l’école des talents de la banlieue

13:49

Le rendez-vous du réseau FotALL Services à ne pas manquer

20:10

Ces braves dames transforment tout en or

20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

18:30

Election présidentielle: ce que vous ne saviez peut-être pas sur la Gambie

18:21

Sécurité nationale: le Sénégal lance sa propre école de guerre

Nos  Vidéos

jeudi 2 décembre 2021 - 20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

lundi 29 novembre 2021 - 18:41

UCAD: un Master dédié aux produits cosmétiques 100% locaux

dimanche 28 novembre 2021 - 18:51

De vendeur de journaux et sacs plastiques à millionnaire et écrivain sans jamais aller à l’école

vendredi 26 novembre 2021 - 15:51

Il ne leur manque que 5 petits millions pour briller au mondial du Teqbal

vendredi 26 novembre 2021 - 06:11

Ce Congolais préfère le Sénégal à l’Europe

dimanche 21 novembre 2021 - 00:13

Ce professeur de l’Ucad vient de résoudre les problèmes de malnutrition infantile au Sénégal.

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant