Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Sénégal: ces femmes qui économisent sur plusieurs mois de salaire pour s’offrir une perruque

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

C’est l’un des produits humains les plus consommés au Sénégal. Le cheveu naturel, très prisé par les Sénégalaises en mal « dans leur tête », pour certaines, st un accessoire indispensable pour la gent féminine dans notre pays. Que ce soit pour les rendez-vous importants ou les cérémonies culturelles comme les mariages ou les baptêmes, il est de plus en plus difficile pour les Sénégalaises de mettre le nez dehors sans une perruque à la tête. Un complexe qui coûte cher.

Avec une durée de vie relativement longue, ces produits collectés dans des temples en Inde avant d’être retravaillés pour être vendus en Afrique, sont revendus à prix d’or. Pour s’offrir une belle perruque avec des cheveux humains naturels souples et résistants à l’enchevêtrement, certaines femmes n’hésitent pas à débourser jusqu’à 300.000 million Fcfa, 500.000 voire le double, dit-t-on. C’est l’équivalent d’un ou plusieurs mois de salaires. Tout dépend de la qualité et de la longueur.

En effet,  les Africaines qui dépensent 6 fois plus que les européennes en matière de coiffure, déboursent 5 milliards d’euros pour se faire belle. Du coup, la vente de perruques est devenu un vrai business en or, et ce, depuis des années. D’ailleurs, de nombreuses commerçantes qui s’activent dans ce commerce se sont faites une solide réputation et gagnent des sommes énormes.

Marqueur social associé à des groupes appartenant à la classe moyenne supérieure voire aisée, la chevelure postiche est bien plus qu’un accessoire. D’ailleurs, elle est devenue un élément constitutif indispensable de la dote pour le mariage notamment. Elle est aussi source d’ennuis financiers dans certains couples. Pour entretenir leurs belles, de nombreux hommes sont parfois obligés de s’endetter.

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

samedi 4 décembre 2021 - 14:13

« Espace Jeunes Yaakaar » ou l’école des talents de la banlieue

samedi 4 décembre 2021 - 13:49

Le rendez-vous du réseau FotALL Services à ne pas manquer

jeudi 2 décembre 2021 - 20:10

Ces braves dames transforment tout en or

jeudi 2 décembre 2021 - 20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

Laisser un commentaire

En continu

14:13

« Espace Jeunes Yaakaar » ou l’école des talents de la banlieue

13:49

Le rendez-vous du réseau FotALL Services à ne pas manquer

20:10

Ces braves dames transforment tout en or

20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

18:30

Election présidentielle: ce que vous ne saviez peut-être pas sur la Gambie

18:21

Sécurité nationale: le Sénégal lance sa propre école de guerre

Nos  Vidéos

jeudi 2 décembre 2021 - 20:05

Fadel de Dakar Buzz: son parcours, son travail, sa famille..

lundi 29 novembre 2021 - 18:41

UCAD: un Master dédié aux produits cosmétiques 100% locaux

dimanche 28 novembre 2021 - 18:51

De vendeur de journaux et sacs plastiques à millionnaire et écrivain sans jamais aller à l’école

vendredi 26 novembre 2021 - 15:51

Il ne leur manque que 5 petits millions pour briller au mondial du Teqbal

vendredi 26 novembre 2021 - 06:11

Ce Congolais préfère le Sénégal à l’Europe

dimanche 21 novembre 2021 - 00:13

Ce professeur de l’Ucad vient de résoudre les problèmes de malnutrition infantile au Sénégal.

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant