Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le Sénégal importe plus de la moitié de son blé de Russie 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Chaque année, le pays importe plus de 700 000 tonnes, selon les données de l’Agence nationale de la statistique. Plus de la moitié vient de Russie. Dans le contexte de guerre en Ukraine et de hausse des cours mondiaux, quel est le potentiel pour la culture du blé au Sénégal ? Et quelles en seraient les contraintes ? 

« Aujourd’hui, du blé est produit dans la vallée du fleuve Sénégal, au nord du pays, mais en très petite quantité, sur des parcelles de démonstration », explique le docteur Amadou Tidiane Sall, sélectionneur blé au sein de l’Institut sénégalais de recherches agricoles. Après des années d’expérimentation, l’Isra a mis au point en 2020 huit variétés adaptées et homologuées, quatre de blé tendre pour la boulangerie, et quatre de blé dur, notamment pour la fabrication des semoules et des pâtes. Des variétés « très précoces » « à cycle court de 90 jours », « avec un potentiel de rendement moyen de trois tonnes et jusqu’à six tonnes » par hectare, contre neuf en zone tempérée. 

La culture du blé serait possible « sur tout le territoire sénégalais », ajoute le chercheur, mais seulement en « saison froide », entre novembre et début mars, et avec la contrainte de la disponibilité de l’eau. Dans la vallée du fleuve, les terres utilisées pour le riz en saison chaude pourraient l’être pour le blé en saison sèche. Un projet pilote de 500 hectares doit être lancé en novembre prochain. 

À court terme, sur environ 70 000 hectares, la culture du blé « pourrait représenter 30% des importations actuelles » affirme Amadou Tidiane Sall, « 50% à moyen terme ». « L’heure est désormais à la vulgarisation », selon lui : « il faut intéresser davantage les acteurs privés pour une production à grande échelle », car « les semences ne sont pas encore suffisamment disponibles ». 

« C’est le moment, il faut intensifier cette culture », estime de son côté Iba Diop, expert en sécurité alimentaire. « Le contexte l’a montré depuis la pandémie de Covid-19 », « les crises seront récurrentes » selon l’analyste qui insiste sur la formation des agriculteurs sur cette nouvelle culture. 

Une question aussi de volonté politique. Début avril, à l’occasion de la fête nationale, le président Macky Sall appelait « à gagner la bataille de la souveraineté alimentaire ». « Il nous faut produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons », affirmait le chef de l’État. 

Ola avec rfi

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

mercredi 10 août 2022 - 16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

mercredi 10 août 2022 - 15:47

Tu veux devenir millionnaire ? Si oui, lance-toi dans la culture de l’oignon 

mercredi 10 août 2022 - 12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

lundi 8 août 2022 - 10:40

Au Maroc, le lavage des véhicules avec de l’eau potable est désormais interdit

Une réponse

  1. Ne serait-il pas plus judicieux de chercher parmi nos produits céréaliers ceux qui pourraient se substituer aux blés dont la phase test ne saurait suffire pour notre souveraineté alimentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En continu

16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

15:47

Tu veux devenir millionnaire ? Si oui, lance-toi dans la culture de l’oignon 

12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

10:40

Au Maroc, le lavage des véhicules avec de l’eau potable est désormais interdit

09:24

Le Sénégal dans le top5 des pays producteurs de bière au sein de l’UEMOA

11:37

Voici comment se faire de l’argent en investissant dans la mangue sénégalaise

Nos  Vidéos

mercredi 10 août 2022 - 12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

mardi 2 août 2022 - 21:11

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mercredi 27 juillet 2022 - 07:58

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mardi 26 juillet 2022 - 09:56

Nelson Ndour sur scène avec son père

mercredi 22 juin 2022 - 16:48

Mon rêve c’est de définir un grand footballeur comme Sadio Mané

lundi 20 juin 2022 - 19:33

Titulaire d’une licence professionnelle en génie civil

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant