Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le Mali défie à nouveau la France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le chef de la diplomatie malienne a été reçu ce lundi en audience par Nasser Bourita, le ministre marocain des affaires étrangères, fraîchement reconduit à son poste après la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale. Lors d’un point de presse conjoint, les deux diplomates ont évoqué plusieurs questions d’intérêt commun aux deux pays, notamment les relations bilatérales, mais aussi la tension dans la région du Sahara. Et s’il a un sujet qui a le plus attiré l’attention c’est celui relatif au développement de la situation dans la région à la lumière notamment du refroidissement des relations entre le Mali et la France.

 A ce propos, estime Abdoulaye Diop, l’approche dogmatique selon laquelle il faut que le Mali organise une élection  présidentielle le 27 février prochain ou rien, est dépassée. Il demande à ses partenaires, la France en particulier, (sans la nommer), de prendre du recul tenant compte des enjeux sécuritaires autour de ce rendez-vous. Plus loin, il durcit le ton et regrette qu’à chaque fois c’est la communauté internationale qui donne au Mali des prescriptions et des solutions, lesquelles ne sont pas adaptées à la réalité du terrain dans le pays, sous la menace aujourd’hui des terroristes au moment où la France s’apprête à réduire le nombre de ses militaires sur place.

« L’état d’esprit doit changer, qu’on sorte de la  prescription, des diktats, des invectives et des ultimatums pour rentrer dans le cadre d’un dialogue. », a-t-il souligné.  Le ministre marocain a abondé dans le même sens, notant que ceux qui veulent aider le Mali ne doivent ni utiliser ses problèmes internes ni se substituer à ses autorités. Le Maroc qui est aujourd’hui en froid avec la France a toujours considéré qu’il fallait mettre en place une nouvelle approche différente de celle des occidentaux pour la gestion de la crise qui secoue le pays voisin du Sénégal. L’heure est venue de laisser les Maliens choisir leur propre schéma de sortie de crise, a conclu Bourita. 

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

mercredi 1 décembre 2021 - 15:41

Le Fonsis et une banque chinoise à la recherche de bonnes idées de projets

mercredi 1 décembre 2021 - 15:33

Plus de 24 milliards pour « connecter » le numérique à l’économie

mercredi 1 décembre 2021 - 15:26

16% des sidéens ignorent qu’ils ont le Sida

mardi 30 novembre 2021 - 09:46

Gaz butane, essence, gasoil… la SAR ferme ses robinets

Laisser un commentaire

En continu

15:41

Le Fonsis et une banque chinoise à la recherche de bonnes idées de projets

15:33

Plus de 24 milliards pour « connecter » le numérique à l’économie

15:26

16% des sidéens ignorent qu’ils ont le Sida

09:46

Gaz butane, essence, gasoil… la SAR ferme ses robinets

21:22

ONIVA, 1 ère voiture de haute qualité « 100% » sénégalaise

18:41

UCAD: un Master dédié aux produits cosmétiques 100% locaux

Nos  Vidéos

lundi 29 novembre 2021 - 18:41

UCAD: un Master dédié aux produits cosmétiques 100% locaux

dimanche 28 novembre 2021 - 18:51

De vendeur de journaux et sacs plastiques à millionnaire et écrivain sans jamais aller à l’école

vendredi 26 novembre 2021 - 15:51

Il ne leur manque que 5 petits millions pour briller au mondial du Teqbal

vendredi 26 novembre 2021 - 06:11

Ce Congolais préfère le Sénégal à l’Europe

dimanche 21 novembre 2021 - 00:13

Ce professeur de l’Ucad vient de résoudre les problèmes de malnutrition infantile au Sénégal.

lundi 1 novembre 2021 - 16:29

TFM: dans les coulisses de la nouvelle émission de Pape Cheikh Diallo

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant