Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le Mali défie à nouveau la France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le chef de la diplomatie malienne a été reçu ce lundi en audience par Nasser Bourita, le ministre marocain des affaires étrangères, fraîchement reconduit à son poste après la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale. Lors d’un point de presse conjoint, les deux diplomates ont évoqué plusieurs questions d’intérêt commun aux deux pays, notamment les relations bilatérales, mais aussi la tension dans la région du Sahara. Et s’il a un sujet qui a le plus attiré l’attention c’est celui relatif au développement de la situation dans la région à la lumière notamment du refroidissement des relations entre le Mali et la France.

 A ce propos, estime Abdoulaye Diop, l’approche dogmatique selon laquelle il faut que le Mali organise une élection  présidentielle le 27 février prochain ou rien, est dépassée. Il demande à ses partenaires, la France en particulier, (sans la nommer), de prendre du recul tenant compte des enjeux sécuritaires autour de ce rendez-vous. Plus loin, il durcit le ton et regrette qu’à chaque fois c’est la communauté internationale qui donne au Mali des prescriptions et des solutions, lesquelles ne sont pas adaptées à la réalité du terrain dans le pays, sous la menace aujourd’hui des terroristes au moment où la France s’apprête à réduire le nombre de ses militaires sur place.

« L’état d’esprit doit changer, qu’on sorte de la  prescription, des diktats, des invectives et des ultimatums pour rentrer dans le cadre d’un dialogue. », a-t-il souligné.  Le ministre marocain a abondé dans le même sens, notant que ceux qui veulent aider le Mali ne doivent ni utiliser ses problèmes internes ni se substituer à ses autorités. Le Maroc qui est aujourd’hui en froid avec la France a toujours considéré qu’il fallait mettre en place une nouvelle approche différente de celle des occidentaux pour la gestion de la crise qui secoue le pays voisin du Sénégal. L’heure est venue de laisser les Maliens choisir leur propre schéma de sortie de crise, a conclu Bourita. 

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

jeudi 26 mai 2022 - 21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

jeudi 26 mai 2022 - 11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

jeudi 26 mai 2022 - 11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

jeudi 26 mai 2022 - 10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

Laisser un commentaire

En continu

21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

15:11

« J’ai démarré tout seul. Aujourd’hui, mon cabinet accompagne de grandes personnalités publiques ». 

09:30

Mauritanie-Sénégal: le projet gazier en commun GTA achevé à 70%

Nos  Vidéos

dimanche 8 mai 2022 - 13:57

Ce Sénégalais invente un système de surveillance à distance

mercredi 27 avril 2022 - 11:34

Mouhamed FALL AL Amine, le jeune PDG le plus influent du Sénégal

mardi 26 avril 2022 - 06:53

Un diplômé en hôtellerie et restauration devenu laveur de voiture

vendredi 22 avril 2022 - 22:14

Wanter Market, un marché en ligne idéal pour les commerçants, les entreprises ou les particuliers

mardi 19 avril 2022 - 15:55

De l’université aux poubelles, Cherifa une entrepreneuse pas comme les autres.

dimanche 17 avril 2022 - 11:38

Voici comment Tik Tok a fait de ce jeune sénégalais un entrepreneur à succès

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant