Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La France restitue au Bénin 26 œuvres volées

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La France a restitué solennellement mardi au Bénin 26 oeuvres des trésors royaux d’Abomey pillés au XIXe siècle par les troupes coloniales, un « moment historique de fierté nationale » pour les autorités béninoises.

Sous les applaudissements, les ministres de la culture des deux pays, Roselyne Bachelot et Jean-Michel Abimbola, ont signé à l’Elysée l’acte de transfert de propriété de ces biens qui vont regagner le Bénin mercredi, après 130 ans d’absence.

« C’est un moment symbolique, émouvant et historique, qui était tant attendu et inespéré » s’est félicité le président français Emmanuel Macron, qui s’était engagé en 2017 à procéder à des restitutions du patrimoine africain en France.

« Le peuple béninois tout entier vous exprime sa gratitude », l’a remercié son homologue béninois Patrice Talon, venu spécialement en France pour cette occasion. Mais « la restitution de 26 oeuvres n’est qu’une étape », a-t-il souligné.

« Comment voulez vous que mon enthousiasme soit total pendant que des oeuvres telles que le Dieu Gou ou la tablette de divination du Fâ continuent d’être détenues ici en France, au grand dam de leurs ayants-droit ? », a-t-il lancé, promettant de revenir pour d’autres restitutions.

« Au-delà de cette restitution, nous allons poursuivre le travail », a de son côté promis le président français.

Parmi les oeuvres restituées mardi, qui étaient exposées au musée parisien du Quai Branly, figurent des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales françaises en 1892.

Ces oeuvres sont attendues avec émotion à Cotonou.

« Je frissonne à l’idée d’observer de plus près ces trésors royaux, notamment les trônes de nos ancêtres. C’est inimaginable », a ainsi confié à l’AFP à Cotonou un dignitaire et chef de collectivité Dah Adohouannon. « Du haut de mes 72 ans, je peux mourir en paix, une fois que je les aurais vus », a-t-il ajouté.

Les oeuvres seront soumises à deux mois « d’acclimatation » aux nouvelles conditions de climat et d’hygrométrie, avant d’être exposées pendant trois mois à la présidence béninoise.

« C’est évident qu’il y aura de la bousculade parce que tout le monde voudra les voir très vite et assez tôt », prévoit une étudiante, Henriette Béhanzin, qui espère que les visites ne seront pas réservées aux privilégiés, « car ce sont des trésors à nous tous ».

Les trésors iront ensuite à l’ancien fort portugais de Ouidah et la maison du gouverneur, lieux historiques de l’esclavage et de la colonisation européenne, situés sur la côte, en attendant la construction d’un nouveau musée à Abomey.

Lors de son discours de Ouagadougou en novembre 2017, M. Macron s’était engagé à rendre possible dans un délai de cinq ans les restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en France.

Sur la base d’un rapport remis par les universitaires sénégalais et française Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, il avait décidé de rendre les 26 oeuvres réclamées par les autorités du Bénin.

Une loi votée en décembre 2020 a rendu possible ces restitutions au Bénin en permettant des dérogations au principe d' »inaliénabilité » des oeuvres dans les collections publiques, parce qu’elles avaient fait l’objet de pillages caractérisés.

Selon des experts, 85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent. Depuis 2019, outre le Bénin, six pays – Sénégal, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Tchad, Mali, Madagascar – ont soumis à la France des demandes de restitutions.

Paris doit restituer prochainement à la Côte d’Ivoire le Djidji Ayokwe, célèbre tambour parleur des Ebriés, réclamé de longue date par Abidjan.

Les restitutions d’oeuvre d’art pillées à l’Afrique sont un des points saillants de la « nouvelle relation » que le chef de l’Etat français entend nouer avec le contnent.

Avec AFP

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

jeudi 26 mai 2022 - 21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

jeudi 26 mai 2022 - 11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

jeudi 26 mai 2022 - 11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

jeudi 26 mai 2022 - 10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

Laisser un commentaire

En continu

21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

15:11

« J’ai démarré tout seul. Aujourd’hui, mon cabinet accompagne de grandes personnalités publiques ». 

09:30

Mauritanie-Sénégal: le projet gazier en commun GTA achevé à 70%

Nos  Vidéos

dimanche 8 mai 2022 - 13:57

Ce Sénégalais invente un système de surveillance à distance

mercredi 27 avril 2022 - 11:34

Mouhamed FALL AL Amine, le jeune PDG le plus influent du Sénégal

mardi 26 avril 2022 - 06:53

Un diplômé en hôtellerie et restauration devenu laveur de voiture

vendredi 22 avril 2022 - 22:14

Wanter Market, un marché en ligne idéal pour les commerçants, les entreprises ou les particuliers

mardi 19 avril 2022 - 15:55

De l’université aux poubelles, Cherifa une entrepreneuse pas comme les autres.

dimanche 17 avril 2022 - 11:38

Voici comment Tik Tok a fait de ce jeune sénégalais un entrepreneur à succès

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant