Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La culture du niébé, un business prometteur à lancer en 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La production de niébé ne couvre pas suffisamment la demande en Afrique dont la population, en constante augmentation, a besoin de cette protéine végétale, a souligné, mardi, à Dakar, le chercheur Rémy Pasquet, de l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

’’La demande a augmenté et la production a priori ne couvre pas les besoins, en Afrique, où la population urbaine est en constante augmentation, et le gros de cette population n’a pas à priori les moyens de trouver des protéines (viande et poisson). Et elle a besoin de protéines végétales dont l’arachide et le niébé principalement », a-t-il indiqué.

M. Pasquet intervenait en marge d’un atelier consacré à la chaine de valeur niébé, sous l’égide de l’IRD et de l’Institut sénégalais de recherche agricole (ISRA).

Des experts, chercheurs et de nombreux acteurs de la chaine de valeur niébé y ont participé.

Selon l’expert de l’IRD, pour mieux répondre à la demande en niébé, il faudra produire beaucoup plus, en utilisant des semences de qualité et en veillant à l’amélioration variétale.

« Le niébé est devenu la plus importante légumineuse à graines dans les zones de savane tropicale d’Afrique. C’est une denrée de base dans les savanes arides de l’Afrique de l’Ouest et du Centre », indique un document remis aux participants.

Il note que la production de graine de niébé en Afrique de l’Ouest représente environ 80% de la production du continent africain dont les principaux pays producteurs sont le Nigéria, le Niger, le Burkina Faso, le Ghana et la Tanzanie.

La production du Sénégal de cette denrée est de l’ordre de 65.000 tonnes par an, pour une surface de 200.000 à 260.000 hectares et un rendement moyen de 200 à 300 kg/ha, indique-t-on.

Ola Sn avec FAAPA

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

jeudi 26 mai 2022 - 11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

jeudi 26 mai 2022 - 11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

jeudi 26 mai 2022 - 10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

mercredi 25 mai 2022 - 15:11

« J’ai démarré tout seul. Aujourd’hui, mon cabinet accompagne de grandes personnalités publiques ». 

Laisser un commentaire

En continu

11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

10:39

L’économie verte: une opportunité gagnant-gagnant pour le Sénégal et l’Autriche »

15:11

« J’ai démarré tout seul. Aujourd’hui, mon cabinet accompagne de grandes personnalités publiques ». 

09:30

Mauritanie-Sénégal: le projet gazier en commun GTA achevé à 70%

09:08

9.000 logements pour la phase1 du pôle urbain Daga Kholpa (Dakar)

Nos  Vidéos

dimanche 8 mai 2022 - 13:57

Ce Sénégalais invente un système de surveillance à distance

mercredi 27 avril 2022 - 11:34

Mouhamed FALL AL Amine, le jeune PDG le plus influent du Sénégal

mardi 26 avril 2022 - 06:53

Un diplômé en hôtellerie et restauration devenu laveur de voiture

vendredi 22 avril 2022 - 22:14

Wanter Market, un marché en ligne idéal pour les commerçants, les entreprises ou les particuliers

mardi 19 avril 2022 - 15:55

De l’université aux poubelles, Cherifa une entrepreneuse pas comme les autres.

dimanche 17 avril 2022 - 11:38

Voici comment Tik Tok a fait de ce jeune sénégalais un entrepreneur à succès

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant