Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Grande marche de jeunes entrepreneurs à Dakar pour exiger l’accès aux marchés publics

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

L’Etat du Sénégal a fait le choix d’investir massivement dans les jeunes entrepreneurs mais ce que veulent ceux-ci c’est l’accès à la commande publique, généralement réservée aux PME étrangères et celles locales plus expérimentées.

A travers la Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes, le Sénégal a fait le choix d’investir massivement dans les jeunes. Depuis sa création, la DER/FJ a procédé au financement de 60 Milliards de FCFA  grâce à l’effet de levier de 26 Milliards en cofinancement et garantie auprès des institutions financières partenaires. Dans le détail, l’établissement revendique 106.209 bénéficiaires directs de crédits au niveau national,  2,452 PME formalisées dont 876 structures immatriculées et  80.000 comptes ouverts à travers les guichets « autonomisation » et « hors autonomisation.  Lors d’un rendez-vous à Paris, organisé par l’Agence française de développement (AFD), « Investir ensemble pour une nouvelle alliance entre l’Afrique et l’Europe », le président français n’ a pas d’ailleurs hésité à donner la DER comme exemple. Emmanuel Macron a estimé  que « le défi est organisationnel et qu’il faudrait voir comment soutenir ces cibles entrepreneuriales et leur trouver des milliards d’euros pour leur financement. C’est pour ça qu’on a besoin de structures comme la DER/FJ ».

Seulement voilà, aujourd’hui, si les impacts du financement sont indéniables sur les PME au Sénégal, les entrepreneurs veulent accéder davantage à la commande publique . « Nous voulons gagner des marchés publics », affirme Haoua Sarr présidente et fondatrice du réseau Jeunesse entreprenariat fiabilité (JEF) qui revendique une centaine de membres.

D’après les membres du « premier » réseau au Sénégal qui regroupe de jeunes entrepreneurs, chefs d’entreprise et porteurs de projet, l’heure est à la préférence nationale. « Nous avons du mal à gagner des marchés. Or, c’est pourtant crucial pour notre business », insiste Haoua Sarr avant de lister les goulots qui, selon elle, étranglent les entrepreneurs sénégalais. «  A chaque fois qu’on veut soumissionner, on nous demande un quitus fiscal et des anciennetés qu’on n’a pas », confie-t-elle à Ola Sn. Document administratif exigé à celui qui veut soumissionner à un marché public, le quitus fiscal montre que le contribuable est en règle au regard de l’assiette et du recouvrement des impôts sur le revenu, de la contribution des patentes, de la TVA et de tous autres impôts directs et indirects. 

Or, pour les membres de JEF, s’il est facile d’avoir ce document, le défi demeure de pouvoir gagner son tout premier marché pour capitaliser sur cette première expérience et soumissionner à d’autres offres. Pour se faire entendre, ils ont prévu une grande marche à Dakar à la place de la Nation le 18 mars prochain à 09 heures. « Nous appelons tous les entrepreneurs à venir nous rejoindre. Il faut que les marchés publics bénéficient  davantage aux entrepreneurs locaux. », conclut madame Sarr.  Pour rappel, pour les marchés passés par appel d’offres international, une marge de préférence ne pouvant pas dépasser 15% est accordée aux candidats de droit sénégalais.  D’après nos confrères du journal l’Enquête, en  août 2021, la commande publique tournait autour de 2 500 et 3 000 milliards F CFA mais pour beaucoup, en particulier pour les opérateurs sénégalais, c’est une manne qui échappe à l’économie locale.

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

vendredi 27 mai 2022 - 13:55

Qui est vraiment Galo Diallo, agent des stars d’Instagram, TikTok et autres YouTube

vendredi 27 mai 2022 - 09:45

Titulaire d’un master2, Dior Dieng a tout plaqué pour se lancer dans un métier d’homme

vendredi 27 mai 2022 - 09:24

“Je suis juriste fiscaliste dans un grand groupe et entrepreneuse dans la mode” 

jeudi 26 mai 2022 - 21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

Laisser un commentaire

En continu

13:55

Qui est vraiment Galo Diallo, agent des stars d’Instagram, TikTok et autres YouTube

09:45

Titulaire d’un master2, Dior Dieng a tout plaqué pour se lancer dans un métier d’homme

09:24

“Je suis juriste fiscaliste dans un grand groupe et entrepreneuse dans la mode” 

21:16

5 Choses à savoir sur la nouvelle ministre de la santé Dr M. Khemesse Ngom Ndiaye

11:39

Il quitte son boulot d’ingénieur pour vendre la destination Sénégal

11:12

50% des Sénégalais qui vivent à Dakar sont sous location

Nos  Vidéos

vendredi 27 mai 2022 - 09:45

Titulaire d’un master2, Dior Dieng a tout plaqué pour se lancer dans un métier d’homme

dimanche 8 mai 2022 - 13:57

Ce Sénégalais invente un système de surveillance à distance

mercredi 27 avril 2022 - 11:34

Mouhamed FALL AL Amine, le jeune PDG le plus influent du Sénégal

mardi 26 avril 2022 - 06:53

Un diplômé en hôtellerie et restauration devenu laveur de voiture

vendredi 22 avril 2022 - 22:14

Wanter Market, un marché en ligne idéal pour les commerçants, les entreprises ou les particuliers

mardi 19 avril 2022 - 15:55

De l’université aux poubelles, Cherifa une entrepreneuse pas comme les autres.

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant