Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

De nouveaux dispositifs législatifs destinés à améliorer le statut des artisans

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le ministre de l’Artisanat et de la transformation du secteur informel a décliné, mardi, les nouveaux dispositifs législatifs destinés à améliorer le statut des artisans et leur permettre d’avoir un meilleur accès à la commande publique.

’’Nous avons la chance, et c’est une annonce que je vous fais, qu’il y a maintenant la loi d’orientation sur le statut de l’entreprenant qui vient d’être signée. Et donc, aujourd’hui, il y a des possibilités pour 80% des artisans d’avoir accès aux marchés de manière gracieuse, rien qu’en allant s’enrôler au niveau des greffes et parquets pour avoir la carte d’entreprenant’’, a déclaré Dr Papa Amadou Ndiaye.

’’Il y a également une autre loi qui vient juste d’être promulguée qui est la loi relative à la société coopérative, qui également, donne des opportunités aux artisans’’, a-t-il ajouté.

M. Ndiaye s’exprimait ainsi à l’occasion de l’atelier de partage sur la relance du projet mobilier national et l’accès à la commande publique, une initiative du chef de l’Etat qui couvre 15% de la commande publique en mobilier de l’administration fait au Sénégal, en collaboration avec la Direction du matériel et du transit administratif (DMTA).

Selon lui, ’’c’est un projet extrêmement important’’ dans la mesure où il concerne ’’un secteur éminemment porteur, premier employeur du Sénégal et premier formateur par l’apprentissage’’.

’’Au-delà d’être un facteur de stabilité social en donnant aux jeunes du travail avec des moyens assez réduits, il permet de lutter contre l’exode rural et l’immigration clandestine’’.

Toutefois, le ministre de l’Artisanat et de la transformation du secteur de l’informel est d’avis que même si le taux initial de 15% est aujourd’hui largement dépassé, les artisans sont tout de même confrontés à beaucoup de défis et de contraintes majeures liées notamment à la lourdeur administrative et à certaines formalisations complexes.

’’S’y ajoute le fait qu’ils font face à l’importation des produits de seconde main’’ ainsi ’’qu’une concurrence déloyale de produits de bas étage venant de certains pays’’, a-t-il avancé.

Selon lui, ’’il nous faut aller vers une souveraineté artisanale’’ pour faire en sorte que ’’le consommer local soit une réalité et non un slogan creux’’.

Pour ce faire, ’’les artisans devront être capacités en termes de formation et d’équipements adaptés pour relever les défis de production et de qualité’’, a ainsi plaidé le ministre.

Il a par ailleurs annoncé qu’une tournée nationale sera bientôt entamée avec la directrice de l’entreprenariat et de la transformation, pour ’’mieux expliquer, en profondeur, aux artisans l’intérêt et les facilités apportées par cette loi’’.

’’Nous sommes aujourd’hui à près de 60%. Maintenant, un travail a été fait pour aider davantage les artisans à la commande publique, il faut les conseiller, les orienter’’, a t-il dit.

’’Nous sommes aujourd’hui à près de 60% (…), mais s’ils deviennent professionnels, s’ils sont mieux organisés, ils pourront répondre aux marchés publics encadrés par des lois et règlements’’, a pour sa part déclaré le directeur de la DMTA, Amadou Tidiane Fall.

’’Nos agents vont les accompagner, les orienter, les aider pour que d’ici à quelques années, nous puissions au moins aller à 90% à défaut de 100% de la commande nationale par les artisans locaux’’, a t-il ajouté. Ola avec APS

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

mercredi 10 août 2022 - 16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

mercredi 10 août 2022 - 15:47

Tu veux devenir millionnaire ? Si oui, lance-toi dans la culture de l’oignon 

mercredi 10 août 2022 - 12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

lundi 8 août 2022 - 10:40

Au Maroc, le lavage des véhicules avec de l’eau potable est désormais interdit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En continu

16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

15:47

Tu veux devenir millionnaire ? Si oui, lance-toi dans la culture de l’oignon 

12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

10:40

Au Maroc, le lavage des véhicules avec de l’eau potable est désormais interdit

09:24

Le Sénégal dans le top5 des pays producteurs de bière au sein de l’UEMOA

11:37

Voici comment se faire de l’argent en investissant dans la mangue sénégalaise

Nos  Vidéos

mercredi 10 août 2022 - 12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

mardi 2 août 2022 - 21:11

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mercredi 27 juillet 2022 - 07:58

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mardi 26 juillet 2022 - 09:56

Nelson Ndour sur scène avec son père

mercredi 22 juin 2022 - 16:48

Mon rêve c’est de définir un grand footballeur comme Sadio Mané

lundi 20 juin 2022 - 19:33

Titulaire d’une licence professionnelle en génie civil

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant