Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

ASSIMI GOÏTA, LE NOUVEAU SANKARA?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Après deux coups d’Etat en moins d’un an, en août 2020 contre Ibrahim Boubacar Keïta, et en mai 2021, contre Bah N’Daw, le Mali est-il en train de connaître son troisième tour de force politique en proposant une prolongation de la transition démocratique pour cinq ans?

C’est effectivement l’une des propositions phares des assises nationales de refondation qui se sont tenues récemment un peu partout dans le pays, du moins dans les parties contrôlées par le pouvoir central. Car certaines régions, notamment au nord du pays, échappent encore au contrôle des autorités, et le départ progressif des forces françaises de l’opération Barkhane laisse à nouveau planer sur Bamako l’ombre de l’épée de Damoclès, celle du retour d’une insurrection des mouvements Touaregs et terroristes, qui pullulent toujours dans la région sahélo-saharienne.

Un contexte auquel on peut ajouter la crise économique que traverse le pays, le chômage des jeunes et une corruption endémique, qui ne se prête pas aux vœux pieux des tenants d’une transition démocratique immédiate. Car le Mali doit autant penser que panser ses plaies, ses fractures et ses faiblesses structurelles avant d’espérer pouvoir fonder des institutions démocratiques, mais avant tout légitimes et viables. La temporalité de l’Etat n’est pas celle des aspirations politiques et idéologiques des uns et des autres.

Ce fut là l’idée même des Assises Nationales de la Refondation, organisées par Bamako, et qui ont démarré le 11 décembre dernier. Plus de 594 propositions ont été formulées portant autant sur l’éducation, la santé et l’économie que sur la sécurité, la défense, l’indépendance de la justice et la nécessaire limitation des pouvoirs du poste de Président du Mali.

Maintenant, qui est Assimi Goïta, l’homme fort derrière les deux coups d’Etat ainsi que le grand initiateur des Assises Nationales de la Refondation? Et vu son bras de fer frontal avec la France, peut-on y voir les prémices d’un nouveau Sankara?

Sur internet, on ne peut pas dire que les données et les informations soient abondantes sur le personnage. Une maigre page Wikipédia nous informe qu’il s’agit d’un jeune colonel de 38 ans, qui a effectué l’intégralité de son parcours de formation militaire au Mali. En 2012, au moment de l’insurrection des mouvements rebelles au nord du pays, suite à l’éclatement de la Libye, il était à la tête des forces spéciales maliennes au centre du pays. Ce qui nous permet d’affirmer qu’il connaît non seulement très bien la réalité du terrain, mais aussi les défaillances d’une armée malienne qui s’est effondrée comme un château de carte devant la poussée des rebelles. Assimi Goïta a une revanche à prendre. Contre les rebelles en premier lieu, mais aussi contre un Establishment politique vu comme étant à la solde de la France, et à l’origine de l’humiliante débandade de l’armée malienne en 2012.

De même, Assimi Goïta n’est pas Burkinabè, et n’est certainement pas de gauche, et encore moins communiste. Donc pour le parallèle avec Sankara, c’est ailleurs qu’il faudra chercher d’éventuelles similitudes.

Cependant, la non-obédience de Goïta à telle ou telle chapelle idéologique ne signifie aucunement que le personnage n’a pas de convictions et de vision politiques. Loin de là. La cérémonie d’ouverture de la phase nationale des Assises de Refondation a été l’occasion de découvrir certains piliers de la vision du colonel Goïta quant à l’avenir du Mali.

Citons quelques passages-clés de l’intervention d’Assimi Goïta.

«Les dérives graves au niveau de la gouvernance et renoncement aux valeurs cardinales de notre société, la perte de repères, l’incivisme généralisé ont provoqué la faillite de l’Etat.»

«Il était temps, et même grand temps, d’arrêter la spirale de la dérive, c’est pourquoi nous devons replacer notre Mali dans une nouvelle dynamique plus soucieuse de nos valeurs et vertus.»

«C’est à cette entreprise de refondation qui a valeur de salubrité publique à laquelle vous êtes conviés pour poser les fondements solides et les modèles de gouvernance endogènes qui s’inspirent de notre patrimoine historique et culturel.» la suite à lire chez Le360

Par Rachid Achachi

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

jeudi 11 août 2022 - 19:45

Gorgui Dieng va construire un hôpital de 7 milliards pour la ville de Kebemer

jeudi 11 août 2022 - 17:37

Nano Crédit Der: Kiné N.Dione, 33 ans et mère de 3 enfants, la 100.000e bénéficiaire

jeudi 11 août 2022 - 11:04

Environ 80 milliards pour le programme de production alimentaire d’urgence

mercredi 10 août 2022 - 16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En continu

19:45

Gorgui Dieng va construire un hôpital de 7 milliards pour la ville de Kebemer

17:37

Nano Crédit Der: Kiné N.Dione, 33 ans et mère de 3 enfants, la 100.000e bénéficiaire

11:04

Environ 80 milliards pour le programme de production alimentaire d’urgence

16:04

Hafou Touré Samb, chevalier de l’Ordre national

15:47

Tu veux devenir millionnaire ? Si oui, lance-toi dans la culture de l’oignon 

12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

Nos  Vidéos

mercredi 10 août 2022 - 12:32

Le TER m’a sauvé des inondations

mardi 2 août 2022 - 21:11

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mercredi 27 juillet 2022 - 07:58

J’ai bouclé mon cycle primaire au bout d’1an après avoir mémorisé le Coran en 2 ans seulement

mardi 26 juillet 2022 - 09:56

Nelson Ndour sur scène avec son père

mercredi 22 juin 2022 - 16:48

Mon rêve c’est de définir un grand footballeur comme Sadio Mané

lundi 20 juin 2022 - 19:33

Titulaire d’une licence professionnelle en génie civil

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant