Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

4 ans de CDD, des salaires payés à 60%…l’AIBD en manque d’argent ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Le responsable de l’intersyndicale travailleurs de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD) a profité de la tribune offerte, mardi, par la célébration de la journée internationale de l’aviation civile et le 4-ème anniversaire de l’infrastructure aéroportuaire, pour attirer l’attention des autorités sur la situation sociale des travailleurs, notamment celle des intérimaires, si l’ont croit nos confrères de l’AFP. Cheikh Wade a insisté sur la situation des intérimaires. Ce sont, a-t-il dit, des acteurs à part entière du processus de ‘’transfert en douceur’’ de 456 travailleurs des Aéroports du Sénégal (ADS), qui ont été reversés à la société gestionnaire de l’AIBD, LAS, pour le démarrage en 2017 du nouvel aéroport. Quatre ans après la mise en service de l’AIBD, ‘’jusqu’à présent, il y a des intérimaires (et des détenteurs de) CDD qui attendent d’être embauchés’’, a dit Cheikh Wade.

Il a souligné la ‘’résilience’’ dont ont fait preuve les travailleurs, fortement touchées par la pandémie de covid-19 dans certaines structures de l’aéroport, parce qu’étant mis en chômage technique et ne recevant que 60% de leur salaire. Les doléances des travailleurs portent aussi sur une amélioration de la formation d’une bonne partie des travailleurs, parmi lesquels des techniciens, des agents de sûreté, de la navigation, de l’exploitation et de la gestion aéroportuaire. ’’Nous avons été formés plus ou moins pour une prise en main des infrastructures aéroportuaires, mais jusqu’à présent, beaucoup de travailleurs attendent d’être mieux formés, pour mieux assurer les services rendus à nos usagers’’, a relevé M. Wade. ‘’La formation est la clef de la performance dans le domaine où nous officions’’, a-t-il noté.

Concernant l’habitat social, les travailleurs avaient demandé à acquérir des espaces d’habitation dans l’environnement immédiat de l’aéroport, conformément aux exigences des métiers aéroportuaires qui veulent qu’ils soient logés non loin de leur lieu de travail. Le gouvernement à travers le président de la République avait ‘’répondu favorablement’’ à cette requête, en leur octroyant les espaces demandés, a-t-il dit. ‘’Mais jusqu’à présent nous nous attendons à l’effectivité de cette (décision)’’. Cette question est ‘’en train de traîner quatre ans après le début de l’aéroport pour quelque chose qui devait être réglé immédiatement après le transfert’’, a-t-il déploré. Selon lui, des notifications leur ont été faites sur des espaces à Daga Kholpa. La procédure devait passer par certaines structures de l’Etat dont la société d’aménagement du foncier et de rénovation urbaine, a-t-il poursuivi, non sans faire constater que ‘’jusqu’à présent, c’est le statu quo’’. Tout comme l’habitat, la demande des travailleurs de participer à hauteur de 5% aux actions de la société gestionnaire, tarde aussi à être effective, malgré des assurances qui leur ont été données dans ce sens, lors du transfert, a fait valoir Cheikh Wade.


‘’Ces quatre ans, nous allons les fêter, mais il faudrait qu’on soit réaliste. L’aéroport marche, mais il y a beaucoup de difficultés. Il ne faut pas qu’on s’arrête à tresser des lauriers et à dire que tout est rose’’,, a t-il souligné.
‘’Absolument pas, tout n’est pas rose’’, a-t-il dit, invitant les responsables à une ‘’introspection pour voir ce qui ne marche pas, (et) pour mieux avancer’’. Le syndicaliste a invité les autorités aéroportuaires à faire du ‘’fast track’’ (de l’accélération), tel que préconisé par les autorités étatiques, pour prendre en charge ces ‘’questions lancinantes’’. Le directeur de la qualité et de la gestion de la sécurité de l’ANACIM, représentant sa structure à cette rencontre a indiqué avoir transmis séance tenante ces doléances à qui de droit.

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Articles similaires

lundi 24 janvier 2022 - 11:04

Marié à une Américaine, MBA en transports, maire de Dakar, qui est Barthélemy Dias ?

dimanche 23 janvier 2022 - 16:51

« Baba » Diao Itoc, le discret « décolonisateur» du paysage bancaire privé au Sénégal

dimanche 23 janvier 2022 - 10:25

Au Maroc, les influenceurs vont désormais payer l’impôt

samedi 22 janvier 2022 - 19:51

8 bonnes raisons d’investir au Sénégal

Laisser un commentaire

En continu

11:04

Marié à une Américaine, MBA en transports, maire de Dakar, qui est Barthélemy Dias ?

16:51

« Baba » Diao Itoc, le discret « décolonisateur» du paysage bancaire privé au Sénégal

10:25

Au Maroc, les influenceurs vont désormais payer l’impôt

19:51

8 bonnes raisons d’investir au Sénégal

18:46

Thiès: un jury d’imams « auditionne » les candidats aux élections locales et ce n’est pas une comédie électorale

23:00

Le sénégalais inventeur du premier ordinateur thermique ouvre une école au Sénégal

Nos  Vidéos

vendredi 21 janvier 2022 - 23:00

Le sénégalais inventeur du premier ordinateur thermique ouvre une école au Sénégal

jeudi 13 janvier 2022 - 08:03

Waaaw! Cet étudiant a créé un jeu dédié à l’apprentissage des maths

jeudi 6 janvier 2022 - 19:12

D’un master en logistique à chef d’entreprise dans la restauration

mardi 4 janvier 2022 - 18:19

Du petit commerce, aux centre d’appels jusqu’à DG de banque (Thérèse Faye Diouf)

mercredi 29 décembre 2021 - 05:01

Macky Sall ouvre gratuitement le TER pour 15 jours

mercredi 29 décembre 2021 - 04:55

Dakar: il quitte l’ltalie pour épouser son amie connue sur Instagram

Newsletters

Abonnez-vous pour recevoir les dernières nouvelles

Abonnez-vous maintenant